Saison 18/19 > Théâtre > Rhapsody

Théâtre

Théâtre

Rhapsody

mardi 14 mai 2019 - 20h30

Événement passé

Cie de La Porte au trèfle

Comment en sommes-nous arrivés là ? Retracer l’histoire, jusqu’à cet un instant où…

Un soir de tempête, pas bien loin de la ville… Pas bien loin de cette société autoritaire et oppressive où il vaut mieux ne porter aucune étiquette si l’on veut pouvoir survivre…Quelques individus se croisent, se rencontrent, un peu par hasard. Chacun fuit. Il y a la femme au foyer, devenue invisible aux yeux de son mari et de ses enfants, sans amour, pour qui la vie n’a pas de sens ; il y a la femme libérée, celle qui danse et boit et rit à gorge déployée et qui, ce soir, se sauve du mariage qu’on a voulu lui imposer pour la faire rentrer dans le rang ; il y a celle qui est en bas de l’échelle, différente, sans les mots ; il y a l’homme amoureux, homosexuel, que la foule vient de lyncher. Et il y a le militaire collabo déserteur.

Au dehors, c’est le déluge. Plus rien ne sera comme avant. C’est la fin d’un monde et peut-être que tout peut redevenir possible. C’est le radeau de la méduse. Le dernier souffle de ces estropiés qui cherchent une ultime fois à reprendre leur souffle avant que tout ne sombre.

Rhapsody, c’est le dernier instant. Aucun de ces cinq-là n’est à sa place à cause de la peur de l’autre, du pouvoir de l’autre, de la haine de l’autre, de l’envie d’être autre…

Le dérèglement du monde, c’est le dérèglement de ces cinq-là.

Dehors, le chaos est en cours… Et c’est peut-être la seule chose normale.

Mise en scène Sébastien Amblard
Écriture et interprétation Amandine Sroussi, Eve Herszfeld, Suzanne Marrot, Grégory Barco, Bertrand Degrémont Lumière Mélanie Wojylac

Séances pour les scolaires

THEÂTRE CONTEMPORAIN

Création collective théâtrale contemporaine

THÉMATIQUES : La perte des valeurs

Un soir de tempête, pas bien loin de la ville. … Pas bien loin de cette société autoritaire et oppressive où il vaut mieux ne porter aucune étiquette si l’on veut pouvoir survivre…quelques individus se croisent, se rencontrent, un peu par hasard. Chacun fuit. Il y a la femme au foyer, devenue invisible aux yeux de son mari et de ses enfants, sans amour, pour qui la vie n’a pas de sens ; il y a la femme libérée, celle qui danse et boit et rit à gorge déployée et qui, ce soir, se sauve du mariage qu’on a voulu lui imposer pour la faire rentrer dans le rang ; il y a celle qui est en bas de l’échelle, différente, sans les mots ; il y a l’homme amoureux, homosexuel, que la foule vient de lyncher. Et il y a le militaire collabo déserteur. Au dehors, c’est le déluge. Plus rien ne sera comme avant. C’est la fin d’un monde et peut-être que tout peut redevenir possible. C’est le radeau de la méduse. Le dernier souffle de ces estropiés qui cherchent une ultime fois à reprendre leur souffle avant que tout ne sombre. Rhapsody, c’est le dernier instant. Aucun de ces cinq-là n’est à sa place à cause de la peur de l’autre, du pouvoir de l’autre, de la haine de l’autre, de l’envie d’être autre… Le dérèglement du monde, c’est le dérèglement de ces cinq-là. Dehors, le chaos est en cours…Et c’est peut-être la seule chose de normale.

Séances scolaires

13 mai 2019
14h00
Durée 1h20
Jauge 300
Animations scolaires : Présence des artistes amont des représentations (10 heures de sensibilisation).